FORUM-IRTS Septembre 2018

Télécharger le programme du premier semestre 2018

Édito

Éclairer, plutôt qu’éblouir.
Dix ans après la crise financière de 2008, qui s’est abattue sur le monde, on ne cesse de constater et analyser ses effets dévastateurs dans les organisations sociales les plus élaborées, les sociétés qui prônent un idéal d’ouverture, les pays démocratiques. La défiance, l’emporte sur la confiance dans les institutions, les inégalités pèsent lourdement sur le lien social, le simplisme ridiculise la complexité, le populisme s’installe dans les démocraties, « populaire » s’oppose à « élite », la démagogie tient lieu de certitude et fait passer l’ignorance comme une évidence.
Le travail social s’inscrit dans cette réalité. Le Forum-IRTS de Lorraine se veut être le miroir de cette réalité rapportée au travail social. Celui-ci est, par essence, dans et avec la société, ses évolutions. C’est le fondement de l’existence de Forum, de l’originalité de son existence : parler de ce qui fait société, la construit et permet de la comprendre en s’adressant aux futurs travailleurs sociaux et au public.
Ici, il est question d’organisation, d’éducation, de formation, de culture. Loin de ce qui fait de la spontanéité un mode de vie politique, une règle de communication érigée en mode de pensée et d’action. Les sciences sociales et humaines, la culture se confrontent à ces défis nouveaux. Forum essaie d’être le relai du travail de ceux et celles qui cherchent, créent, esquissant de nouvelles réflexions et perspectives dans un monde chargé d’informations.
Notre conviction ancienne qu’un citoyen bien informé vaut mieux qu’un citoyen mal informé nous anime toujours et est toujours d’actualité. On ne se résigne pas à la puissance de la désinformation, on mesure que le savoir n’est pas le remède à l’ignorance, on sait aujourd’hui que l’explicitation des faits ne permet pas forcément le changement d’opinions. Pour autant, peut-on se dispenser de ce qui peut constituer des outils favorisant non seulement la compréhension du monde qui nous entoure, mais permet ailleurs, citoyen ou travailleur du social, de s’engager davantage que dans la simple participation à la désignation de nos responsables.
À la spontanéité, à l’hégémonie du court terme et de l’immédiateté, nous offrons du temps. Comment s’interroger, si l’on ne prend pas le temps de le faire ? Dans l’action sociale, les sujets d’interrogation ne manquent pas. De l’éducation à la parentalité, de l’économie globale aux expériences alternatives, des inégalités à la pauvreté, d’immigration et de frontières, de minorités, de l’évolution même du travail social, nous parlerons ce semestre, à l’occasion d’une trentaine de soirées.
Autant de temps à réserver à la curiosité, au questionnement, aux interrogations, aux émotions, auxquels nous vous convions. Du temps avec les autres.

Daniel Soibinet
Président du Comité éditorial du Forum-IRTS de Lorraine